rss nb facebook nb twitter nb dm nb lastfm nb

Brest-Bordeaux, 0-2 : Brest, on a gagné

http--www.ouest-france.fr-photos-2012-03-10-120310202353980 1_000_apx_470_"Pleure pas Michaël, je sais que t'aurais pu concéder ce penalty aussi bien que Lamine."Après l'accident niçois, les Girondins de Bordeaux se déplaçaient à Brest où seul le PSG avait réussi à s'imposer. Au terme d'une partie pleinement maîtrisée, à peine perturbée par un penalty stoppé par Cédric Carrasso, les hommes de Francis Gillot ont remporté une précieuse victoire qui les ramène à hauteur de l'OM. Une bonne opération à bonifier samedi prochain face à Ajaccio.

 

 

 

 

 

Feuille de match

http--img217.imageshack.us-img217-7596-brestbordeaux

Buts : Gouffran (38ème), Plasil (48ème) pour Bordeaux.
Avertissements : Khaled (40ème) à Brest, Maurice-Belay (43ème) à Bordeaux.
Remplacements : Licka pour Sissoko (46ème), Ewolo pour Khaled (46ème), Poyet pour Jemaa (66ème) à Brest. Diabaté pour Sertic (78ème), Sertic pour Plasil (88ème), Ben Khalfallah pour Gouffran (89ème) à Bordeaux.

Le plus dur Brest à faire

Bordeaux a livré à Brest son match le plus abouti de la saison. La preuve de cette maîtrise est sûrement la surprise, voire la stupeur, ressentie par le spectateur devant le penalty sifflé contre les Girondins. En effet, les Bretons ont fait honneur à leur image de pire attaque de Ligue 1 en ne cadrant pas un seul tir au cours de la première période, et en ne faisant pas beaucoup mieux lors de la seconde. Mais ce que Bordeaux avait à craindre (à part Michaël Ciani) c'était bien le statut de meilleure défense de France de cette équipe brestoise, même si celle-ci était privée de son leader, Jonathan Zebina. Et c'est peu de dire que les Bordelais ont pris la mesure du match : entreprenants, efficaces dans la circulation de balle, les joueurs de Francis Gillot ont tenu en respect leurs adversaires en les étouffant avec brio. Les latéraux, bien plus en vue que lors des derniers matchs -récente série de victoire comprise- ont été une menace perpétuelle, bien aidés par un trio au milieu de terrain très à l'aise pour les alerter dans la profondeur. Comme lors des récents matchs, les joueurs marine ont cependant pêché dans la finition et le score aurait pu/dû être plus sévère. Si on voyait aisément son intérêt pour jouer le contre, le 3-5-2 s'est ici montré sous un tout autre jour, avec des ailes plus disponibles qui permettaient aux trois milieux de terrains de bénéficier de plus d'espaces et de solutions en écartant bien le bloc adverse. Bordeaux peut donc aussi gagner contre les "petits" et avec la manière. Espérons que le groupe en a pris conscience et saura rééditer cette performance, en commençant dès le week-end prochain en plastiquant la défense ajaccienne.

arbitre-brest-baysse"Hey m'sieur l'arbitre, est-ce que tu vas chez le coiffeur, et surtout après, est-ce que tu baysses ?"

Permis de déborder

Tout le monde attendait Benoît Tremoulinas au tournant après ses frasques de la semaines. Chacun gardait à vue le latéral gauche afin de juger de sa performance, surtout après son mois de février décevant. Le latéral s'illustra par un grand nombre de contrôles positifs, et une capacité à excéder la vitesse autorisée dans son couloir, manquant à plusieurs reprise d'écraser le chevreuil Paul Baysse. Sur son aile gauche, le Réunionnais a fait ce qu'on attendait de lui depuis plusieurs semaines : dépasser ses limites défensives et se montrer toujours en mouvement dans son couloir, échappant habilement au marquage et se retrouvant lancé à pleine vitesse. Il a régulièrement laissé sur le bas-côté le jeune Abel Khaled pour mieux percuter le mur brestois. On aurait même aimé qu'il appuie encore plus sur le champignon lors de son duel face à Steeve Elana ce qui lui aurait permis d'ouvrir le score. Comme un symbole.

De l'autre côté, le Brésilien a fait monter en flèche sa cote d'amour auprès du public marine et blanc. Si l'on avait déjà décelé chez lui des qualités intéressantes, il a confirmé tout le bien pensé sur son niveau de jeu. De plus en plus à l'aise dans ce système - mis en place dans ce but même, rappelons-le -, il a épaté le public finistérien : contrôles appliqués, appels et débordements dans le tempo, passes propres des deux pieds, et une implication directe sur les deux buts bordelais. A coup sûr, l'un des hommes du match. En un peu plus de deux mois, Mariano aura rassuré le staff bordelais sur son recrutement, et légitimé son statut de meilleur latéral brésilien en 2010, faisant ainsi oublier les atermoiements aperçus en Gironde autour de ce poste d'arrière droit.

 Gouffran-ciel-centreMalgré les qualités de Mariano, les attaquants girondins peinent à perdre l'habitude de guetter les centres venant de la droite.

 Le svelte Elana court mais ne sauve pas Brest

Francis Gillot l'a dit dans sa conférence d'après-match, son équipe aurait pu marquer deux ou trois buts de plus sans qu'il n'y ait rien à y redire. Oui mais voilà, l'effectif brestois possède un excellent gardien de but en la personne de Steeve Elana. Depuis le départ de Nolan Roux au LOSC, il est probablement devenu le meilleur joueur de son club. Sa prestation face aux Girondins fut remarquable, et l'on comprend mieux comment le Stade Brestois a pu ramener autant de points, notamment glanés au terme de matchs nuls. Auteur de parades dignes d'un gardien de handball, il a à plusieurs reprises mis en échec les attaquants bordelais avant que Yoan Gouffran ne puisse le tromper, mis hors de position par une jolie frappe de Mickael Ciani sur le poteau. Pour le reste de l'équipe finistérienne, ce ne sont ni l'attaque famélique composée du duo J'aime Alphonse, ni la défense incroyablement fébrile autour de l'ancien bordelais Paul Baysse qui ont probablement permis à cette équipe d'être aujourd'hui au milieu de tableau. Jamais dans le rythme pour presser ou mettre en place des contres comme l'avait parfaitement fait le précédent adversaire des Bordelais, ils ont tous traversé le match comme des âmes en peine, y compris Bruno Grougi pourtant adepte de jolies fulgurances. Preuve que dernier n'était pas dans un grand soir, il n'a pas réussi à tromper Cédric Carrasso sur le penalty concédé par Lamine Sané et qui aurait pu causer quelques émois dans l'arrière-garde girondine. Il faudra toutefois reconnaître que le groupe d'Alex Dupont était amputée de nombreux joueurs notamment Jonathan Zebina et Benoît Lesoimier, titulaires habituels, et que le départ de leur attaquant vedette pendant le mercato hivernal ne fut probablement pas la meilleure initiative du président brestois tant celui-ci était une pièce essentielle et un joueur d'un calibre bien plus élevé que ceux aperçus lors de cette rencontre.

NB : le lecteur à même de retrouver la référence liée au titre de ce paragraphe gagne toute notre admiration.

 brest-itw-contentApparemment, ils étaient consentants.

Remarques à la con

- Mariano commence à mieux cerner Gouffran : maintenant il assomme son adversaire direct pour lui permettre de se démarquer.
- On n'est pas passé loin de la fin du monde : Ciani réussit une reprise fouettée du gauche de l'extérieur de la surface. Heureusement elle s'écrase sur le poteau. L'univers n'y aurait pas résisté.
- Les entraînements en nocturne dans Bordeaux commencent à porter leurs fruits : Trémoulinas parvient enfin à réussir à s'échapper dans son couloir.
- Match nul dans le duel entre les deux roadies : Baysse pour le Hellfest et Diabaté pour le Raggae-Sun-Ska.
- Ben Khalfallah a réussi un dribble. Certes avec un contre favorable et pour l'enchaîner avec une frappe ratée, mais quand même.

Gillot vs Tigana

http--i41.tinypic.com-e6rmls

You are here