rss nb facebook nb twitter nb dm nb lastfm nb

Bordeaux-Nice (1-1) : Le beau s’étiole

hoarau nice

Dans une course à l'Europe qui ressemble de plus en plus à un sprint désespéré, les Girondins de Bordeaux abandonnent de nouveau des points sur leur pelouse. Retour sur ce Bordeaux-Nice frustrant.

 

 

 

Soir de première pour Azbe Jug


Comme à Montpellier lors de la journée précédente, Cédric Carrasso, blessé, était de nouveau forfait pour recevoir les Niçois. Si au stade de la Mosson, Kévin Olimpa avait été titularisé, surprise samedi soir à la lecture de la feuille de match : le portier à crête n’apparaît pas dans la liste des joueurs. Difficile d’en savoir plus, le club annonçant une énigmatique « blessure domestique ». Voilà donc l’occasion d’assister à la première titularisation en Ligue 1 d’Azbe Jug, jeune gardien slovène international espoir.


Arrivé sans vraiment faire de bruit aux Girondins de Bordeaux en janvier 2011, le nouveau portier n’a pas semblé stressé par ce baptême du feu. Plutôt ménagé par l’attaque niçoise en première période, il a eu le temps de rentrer sereinement dans son match. Rassurant pour sa défense, il a donné de la voix, assumant parfaitement son rôle pour guider sa défense et replacer celle-ci, notamment sur les coups de pied arrêtés.


En seconde période, il encaisse un but sur lequel il est difficile de lui en vouloir : sur un centre rentrant de Valentin Eysseric, Azbe Jug ne peut pas sortir, il reste donc sur ses appuis en attendant la déviation de Neal Maupay. Il effectue une parade réflexe sur le tir de l'Aiglon et dévie le tir sur sa gauche. Malheureusement pour lui, Alexy Bosetti devance Lucas Orban et croise bien sa frappe pour égaliser.


En fin de rencontre, le portier slovène se permet même un dribble audacieux sur une passe en retrait, preuve s’il en est que le garçon restait confiant en ses capacités. Mention bien pour cette première donc : à 22 ans, Azbe Jug a su montrer qu’on pouvait compter sur lui non-seulement pour l’avenir, mais aussi dès à présent.

olimpa jug carrasso

 

 

Mais c'est quoi une blessure domestique ?


C'est vrai ça, c'est quoi ? Nos enquêteurs se sont penchés sur l'affaire et voici les théories les plus probables concernant la blessure domestique de Kévin Olimpa :

- La blessure à l'ego : Mathieu Chalmé déguisé en mascotte de l'UBB a arrêté plus de ballons que lui.

- La crise de diabète : à force de manger des Kinder Bueno pour encore plus ressembler à Jo-Wilfried Tsonga.

- Le regrettable accident de crête : les plus grands coiffeurs visagistes sont sur le coup, mais les espoirs sont minces.

- La technique de la blessure diplomatique non concertée : Comme Marc Planus lui a montré, il faut justifier toute contre-performance avec une blessure, même si d'habitude on fait ça directement pendant le match, de préférence à la mi-temps.

- La dépression du gardien : Kévin n'a pas arrêté un seul tir des attaquants à l'entraînement. Le fait qu'aucun n'ait été cadré le console à peine.

- Le pari sur l'avenir : Kévin croit en Azbe Jug et a décidé de lui laisser l'opportunité de se montrer. C'est beau.

- Le pari sur l'avenir, version 2 : Kévin savait que Azbe Jug commençait à avoir une bonne image, il l'envoie au front contre Nice pour que celui-ci se troue aussi. C'est moche.

 

 

Animation OK, finition KO


Confronté à une cascade de d’absence, Francis Gillot devait composer avec les moyens du bord une équipe. Gros bricolage dans l’entrejeu bordelais, puisqu’on y retrouve une paire improbable André Poko/Abdou Traoré. Avec ce milieu axial expérimental, il était écrit à l’avance que Bordeaux devrait s’appuyer sur ses ailes pour apporter le danger devant les buts de David Ospina. Et il faut reconnaître que le plan a parfaitement fonctionné en première période. Une statistique à la mi-temps de la rencontre pour illustrer cela : Bordeaux avait tiré douze fois au but. Preuve s’il en est que Bordeaux avait su se montrer offensif, notamment sur le côté gauche, où Nicolas Maurice-Belay avait traumatisé le pauvre Grégoire Puel sous les yeux de son papa.


Le problème est donc ailleurs : incapables de concrétiser ses actions, essentiellement à cause d’une maladresse chronique, les Girondins n’ont pas su prendre l’avantage en première période. En seconde période, Claude Puel avait eu le temps d’ajuster sa tactique pour redorer l’image du fiston. Les ailes bordelaises étaient neutralisées, il ne restait que le centre du terrain, où ni André Poko, ni Abdou Traoré n’ont su prendre à leur compte l’animation, ce qui finalement n’est pas si surprenant. Sur le banc de touche, Younes Kaabouni ou Clément Badin pouvaient être des solutions pour reprendre le contrôle de cette zone, puisque c’est leur rôle avec l’équipe réserve, mais Francis Gillot et son staff n’ont pas choisi cette option.


L’ouverture du score sur penalty aurait du donner un regain de confiance à cette équipe, mais l’effet a semblé être l’inverse. Incapable de contrôler une rencontre, cette équipe a été rejointe très rapidement par les niçois, sur ce qui était probablement leur première occasion du match. La différence était là : Nice avait su être efficace, mais pas les Girondins.

mbelay bosetti

 

 

Alexy Bosetti, le footballeur descendu des tribunes


Buteur pour la cinquième fois de la saison, Alexy Bosetti détonne un peu dans la Ligue 1 : ancien membre de la Brigade Sud Nice, un groupe ultra aujourd'hui dissout, il voue une adoration absolue à sa ville, son club, son groupe, et ne manque jamais une occasion de le prouver sur le terrain, ce qui lui vaut régulièrement les sifflets des tribunes lors des matchs à l’extérieur. A la fin de la rencontre, au micro de Gaëtan Huard, le buteur niçois expliquait sa hargne et son énergie par sa volonté sans faille de défendre un maillot qui lui colle à la peau.


Sans aller jusqu’à applaudir, la Brigade Sud Nice étant ce qu’elle est, reconnaissons que cet amour du maillot et de son club est plutôt rafraichissante. Imaginer un ancien du Virage Sud porter le maillot au scapulaire en expliquant que s’il se défonce, c'est pour l’amour d’un club qui le fait vraiment vibrer, nous a plu. Alexy Bosetti, un gars qu’on aime détester, donc.


29d70p2Alexy Bosetti, ici à gauche, lors d'un déplacement de la BSN.

Commentaires 

 
-2 #1 pourinfo 26-03-2014 15:39
Aussi intéressant que le match.
Jugg Finesse
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

You are here