rss nb facebook nb twitter nb dm nb lastfm nb

Bordeaux-Lyon : Le Garde encaisse mais ne rend pas

descSolidité défensive retrouvée et efficacité devant le but dans un match pauvre en occasion auront été les ingrédients suffisants pour signer une sixième victoire consécutive à domicile. Sans remonter au classement, les Girondins restent tout de même dans le bon wagon. En sus, ils réduisent l'écart avec les équipes qui les précèdent.

 



La fiche du match

 

But :
- Gouffran (40ème) pour Bordeaux.
Avertissements :
- N'Guemo (31ème) et Planus (50ème) à Bordeaux.
- Lacazette (21ème) et Gonalons (71ème) à Toulouse.
Remplacements :
- Gouffran par Jussiê (80ème), Maurice-Belay par Sertic (87ème) à Bordeaux.
- Lacazette par Briand (54ème), Källström par Lisandro (55ème), Fofana par Ederson (78ème) à Toulouse.

 

Lyon sur ses gardes

Petite surprise à la lecture des compositions officielles à une heure du coup d'envoi : Rémi Garde-iola, peut-être échaudé par la défaite à domicile lors de la dernière journée, choisit d'adapter son système et présente un 4-3-3 assez inhabituel ces derniers temps. Devant Hugo Lloris, Anthony Réveillère fait office de vieux grognard au milieu d'une jeune garde qui constitue l'essentiel de la défense. Probablement mis en garde par les récents déboires lillois, le coach lyonnais préfère se passer d'un numéro 10 à l'animation, pour privilégier un milieu à trois composé de Gueida Fofana, Maxime Gonalons et Kim Källström. Cette garde basse sera chargée d'étouffer Jaroslav Plasil et Ludovic Obraniak, mais aussi de remonter les ballons et de construire les offensives lyonnaises en s'appuyant sur Michel Bastos et Alexandre Lacazette. Devant, Bafetimbi Gomis doit servir de point d'appui et il lui faudra garder les ballons qu'il pourra recevoir au milieu des trois défenseurs centraux bordelais.

Dans un match verrouillé où les deux équipes se regardent, Lyon peine et ne se montre pas dangereux. Cédric Carrasso est serein, et si par mégarde Bafetimbi Gomis se retrouve en position de frappe, son tir est freiné par Michaël Ciani et capté facilement par le portier girondin. Sur un terrain chaotique, où garder la balle au sol est une gageure, développer une attaque placée relève du tour du force. Nicolas Maurice-Belay parvient pourtant à prendre le meilleur sur son défenseur, il accélère le long de la ligne de but, mais son centre en retrait est contré. Sur le corner qui suit, le coup de tête de Yoan Gouffran, seul au second poteau, transperce Anthony Réveillère placé sur la ligne et enfonce une épée jusqu'à la garde dans les espoirs lyonnais. Bordeaux ouvre le score et garde l'espoir d'une sixième victoire à domicile d'affilée.

En seconde période, Rémi Garde tente de secouer son équipe, mais les entrées de Lisandro Lopez et Jimmy Briand n'y changent rien : Bordeaux garde le cap, et en tribune, la colonie lyonnaise hagarde observe l'impuissance des troupes rhodaniennes. Alors que la dernière minute du temps additionnel se termine, l'arbitre siffle un coup franc à l'entrée de la surface qui permet aux lyonnais de garder espoir. Cédric Carrasso place ses hommes, le mur s'étend, des adversaires viennent s'immiscer parmi les bordelais, qui choisissent de doubler la garde. Devant une véritable muraille, Ederson s'élance et frappe le coup de pied arrêté. Pas assez haut, le ballon est renvoyé par le mur : en ce dimanche de février, Bordeaux avait mis sous bonne garde son avance au tableau d'affichage, et s'impose assez logiquement. Montpellierains, prenez garde, en 2012 les Girondins sont ragaillardis.

Une fois de plus, le "révélateur" démontre ici toute sa justesse...

 

Jaro, Ludo, N'Guemo : un trio qui ne prend pas l'eau

Face au milieu à trois choisi par Rémi Garde, la triplette bordelaise est sortie largement vainqueur, passé le premier quart d'heure craintif qui avait vu Lyon prendre légèrement le dessus. Lorsque le Virage Sud s'est mis à encourager les siens, les trois bordelais ont donc dominé assez aisément leur adversaire, tout juste animé par l'énergie de Maxime Gonalons. La justesse technique de Ludovic Obraniak, jouant souvent à une touche de balle, a permis de porter le ballon dans la moitié de terrain lyonnaise et d'y obtenir quelques coups-francs à la manière d'un Geraldo Wendel. De son côté, le capitaine tchèque s'est montré à son net avantage. Alors qu'il semblait perdre petit à petit le football qui en avait fait l'un des meilleurs joueurs de Ligue 1, Jaroslav Plasil a retrouvé toutes les qualités qu'on lui connaissait : abnégation, orientation propre du jeu, endurance "smertinienne"... A ce jeu-là et sur ce match, la comparaison a fait mal à Kim Källström.

Enfin, si l'on excepte deux transversales en guise d'offrandes au public bordelais, et quelques passes latérales qui auraient pu être dangereuses, Landry N'Guemo a abattu un travail considérable devant la défense, notamment lorsque le coach lyonnais a fait entrer toutes ses forces offensives (Lisandro Lopez, Ederson, Jimmy Briand). Le Camerounais a écopé devant sa surface, tout en effectuant également le premier pressing sur l'attaquant argentin lorsque celui-ci était obligé de revenir à hauteur de la ligne médiane pour toucher le ballon. Ce travail de sape des trois milieux est forcément pour beaucoup dans la partie de plaisir qu'ont eu à livrer les défenseurs et Cédric Carrasso, presque jamais inquiété pendant cette belle fin de journée.

a) remporter la coupe de la Ligue, car ce sera peut-être le seul moyen d'accrocher une place européenne
b) embaucher un styliste compétent, pour faire cesser ces hésitations vestimentaires
c) faire rire Claude Puel

 

Remarques dispensables

- Les maillots qui inversent les couleurs habituelles des deux équipes, c'est un concept qui nous dépasse complètement
- Même quand il fait beau, la pelouse est critiquée. Bientôt la Ligue 1 se jouera virtuellement sur PS3, et encore, il y aura forcément quelqu'un pour râler à cause d'un reflet mal placé sur l'écran.
- Marc "Charles Barkley" Planus qui dégage d'un gros coup de cul Lisandro. Prends ça la prépa physique !
- On ne pouvait pas perdre ce match : comme la saison dernière, c'était Jean Tigana aux commandes

Réalisé sans trucage...

Le beau geste du week-end

Commentaires 

 
-13 #1 Pécé 23-02-2012 09:03
J'ai bien aimé la variation autour du mot "garde" dans la première partie de l'article. Sinon, je suis heureux qu'on ait retrouvé un Jaroslav Plasil digne de ce nom.

Allez Bordeaux, encore un effort et le début de saison ne sera plus qu'un mauvais souvenir !
 
 
-12 #2 cypos 23-02-2012 11:32
la dernière image avec Bats est juste priceless !!
 
 
-21 #3 prout 23-02-2012 13:14
Je suis pas franchement d'accord sur votre analyse du milieu de terrain: N'guemo et Plasil ont certes bien verrouillé, mais Nguemo a vraiment manqué de percussion. Aux 30 mètres, avec un peu de champ, on peut espérer un peu plus d'envie d'aller nettoyer la lulu.
 
 
-20 #4 Maestro 23-02-2012 14:14
Analyse propre pour match propre..! Sinon j'ai trouvé également N'guemo très moyen a la relance, une fois n'est pas coutume mais extrement précieux a la récup'...comme d'habitude..

Voilà, sinon content d'avoir revu Sané, en forme et a son poste..! Un poil méchant en plus..humm! Parfait!

Par contre les latéraux il serait temps qu'ils prennent confiance offensivement. Condition "sine qua non" pour aller chercher l'europe a mon avis..
 
You are here